Fiche technique:
Taille:   1,70 m
Habitat:   Le marécage des Morts
Conditions d’apparition:   Il apparaît lorsque le Mistral souffle fort, aussi bien la nuit que le jour. Mais jamais par beau temps.
Particularité:   Les Piqueurs ne voient que les êtres vivants en mouvement.
Son point faible:   Les rayons de soleil.
.

La Mort, autrement appelée "la Faucheuse ", est un personnage mythologique personnifiant la mort.
Elle est souvent représentée sous forme d'un squelette revêtue d'une grande cape noire, et tenant dans sa main une grande faux.
"Les Trois Frères Piqueurs", quand à eux, tiennent une pique, terminée par un trident, appelé aussi ficheiroun en provençal, qui est l'outil de travail principal des gardians.
Cette image de la Mort serait née en Italie durant le Moyen-âge, et elle était souvent représentée dans les tableaux et gravures du 14ème-15ème siècle.
Parmi ces tableaux, on retrouve le fameuse "Danse macabre ",où l'on voit danser la Mort avec ses victimes, des religieux comme le pape, les cardinaux, évêques, abbés, chanoines, prêtres, en passant par les représentants du monde laïque, les empereurs, rois, ducs, comtes, chevaliers, médecins, marchands, usuriers, voleurs, paysans et jusqu'à l'enfant innocent.
La Mort ne regarde ni le rang, ni les richesses, ni le sexe, ni l'âge de ceux qu'elle fait entrer dans sa danse. 
A l'époque où les gens mourraient de la guerre, des famines, et de la peste, l'obsession de la mort hante les esprits, et la terreur de la mort aurait entraîné une forme d'hystérie collective.

De nos jours, grâce au progrès de la médecine, la durée de vie des hommes s'est nettement allongée, mais nous ne pouvons toujours nous échapper de notre destin final, qu'est la mort.
Or dans le monde moderne, l'occasion de voir une personne morte se fait rare, et la société a tendance à la renflouer car elle fait peur: C'est un sujet tabou.
Mais est ce la meilleure solution ?

Je suis sûr que la Faucheuse de notre époque est en train de sourire dans son coin, en nous voyant ainsi, essayant de fuir la réalité...

 

L'art macabre du Moyen Âge, gravure sur bois de Michael Wolgemut du 14e au 15e siècle.
Par cette sarabande qui mêle morts et vivants, la Danse macabre souligne la vanité des distinctions sociales, dont se moquait le destin, fauchant le pape comme le pauvre prêtre, l'empereur, riches et pauvres.

Un détail du tableau " Le Triomphe de la Mort " de Pieter Bruegel l'Ancien(1562) .
L'épidémie de la peste fait naître une fascination pour les thèmes macabres.




Fiche géographique : La Camargue

La Camargue est une région qui se situe dans le delta du Rhône, délimitée au nord par la ville d'Arles, et la mer méditerranée au sud.
Dans cette région, s'étend un vaste marécage, ou viennent se mêler l'eau douce du fleuve et l'eau salée de la mer, créant ainsi un milieu naturel bien particulier, ou poussent des plantes supportant l'eau salée.
C'est aussi un domaine d'élevage de chevaux et de taureaux, de culture du riz, et d'exploitation du sel.

 

Les  "cowboys français", les gardians

Le gardian, qui veut tout simplement dire " gardien " en provençal, et un éleveur de taureaux, représenté dans les images folkloriques, sur son cheval blanc, et un trident à la main afin de guider les bêtes.
Organisé en confrérie depuis 1512, les gardians organisent tous les 1er mai, la " fête des gardians ", où l'on peut voir une procession de beaux cavaliers et de jolies arlésiennes !


 



la croix camarguaise :
Les gens de terre et les gens de mer unis par le cœur.
On peut y voir le fameux trident des gardians en haut, formant une croix,exprimant la foi, un cœur au centre, exprimant la charité des saintes Maries, et une ancre de pêcheurs symbolisant l'espérance
.


Van Gogh et la Camargue

Arrivé en février 1888, le peintre hollandais Van Gogh passa un peu plus d'un an à Arles, capitale de la Camargue.
Pendant son séjour, il découvre la lumière provençale, et peint des paysages, comme sa " chambre à coucher ", ou encore le  " pont de Langlois " ,des natures mortes comme le fameux « tournesols dans un vase », des portraits, comme " l'Arlésienne " ou son " Autoportrait à l'oreille bandée ".
Mais ce qui est moins connu, c'est qu'il a aussi peint des paysages de cabanes de gardians.
Ces cabanes en chaumière, construites depuis le Moyen-âge, sont faites de matériaux trouvés localement, comme les roseaux des marais. La crête du toit est ensuite recouverte d'un mortier à la chaux, ce qui permet de le consolider, et réduire  les risques d'incendie liés à la présence du conduit de cheminée.
Le chevron central, dépassant le toit, est décoré d'une corne ou d'un bâton, pour former une croix protectrice. Par vent fort, on y attachait des cordes reliées au sol, afin que la cabane ne se soulève.
Les ouvertures sont étroites et il n'y a pas de fenêtre au nord, afin de se protéger contre le Mistral qui souffle fort dans la région.


Vincent van Gogh -Trois cabanes blanches aux Saintes-Maries, 1888.
On reconnaît l'architecture typique de cabanes de gardians.


Vincent van Gogh - Une ruelle dans Saintes Maries,1888 (dessin à la plume)


“L  'Arlésienne ", de Van Gogh et son costume traditionnel. 1888

 






Haut de page

Accueil de l'encyclopédie

Afficher la page d'accueil